livraison gratuite Livraison offerte

service client 06 81 25 88 29

livraison gratuite Livraison offerte

Quel est le rôle du cerveau dans l’addiction ?

Pour commencer : 

  1. Le problème des addictions
  2. Accoutumance, dépendance ou addiction ?

Les mécanismes neuronaux de l’addiction sont étroitement liés au « système de récompense », qui définit un circuit cérébral responsable des sensations de plaisir ressenties après certains exercices. Présent dans le cerveau humain, comme chez de nombreux animaux, c’est grâce au système de récompense que les créatures répètent allègrement des comportements cruciaux pour la survie de leur espèce et la leur : manger, boire, procréer… dans les maladies addictives, ce mécanisme de base est perturbé, parfois par la prise d’une substance qui augmente le plaisir (alcool, nicotine, drogues, etc.), ou lié à un dysfonctionnement initial du cerveau, qui ne régule pas correctement son système de récompense. Lorsque ces deux aspects se combinent, le résultat est une maladie active.

Quel est le rôle du cerveau dans l'addiction ?

Quel est le rôle des neurotransmetteurs ?

Les neurotransmetteurs sont divisés en deux catégories selon le type d’action dont ils sont responsables. Certains sont dits excitateurs, et ils sont tous nécessaires au bon fonctionnement de tout organisme vivant lorsqu’ils déclenchent des impulsions nerveuses et aident votre cerveau à arrêter les actions “excitantes” ou “inhibantes”.

Nicotine.

La nicotine limite les effets de l’acétylcholine, un neurotransmetteur naturel. Il se lie à un type spécifique de récepteur appelé récepteur nicotinique. La stimulation répétée de la nicotine chez les fumeurs augmente la libération de dopamine dans le noyau accumbens.

Cependant, les fumeurs de longue date maintiennent des concentrations de nicotine suffisantes entre les cigarettes pour désactiver les récepteurs et ralentir leur renouvellement. D’où la tolérance et la diminution du plaisir ressenti.

Après une brève période d’abstinence (par exemple, une nuit de sommeil), les concentrations de nicotine chutent et permettent à certains récepteurs de retrouver leur sensibilité. Le retour de tous ces récepteurs pour restaurer leur sensibilité. La restauration de tous ces récepteurs à un état fonctionnel augmente la neurotransmission cholinergique à des niveaux anormaux, affectant toutes les voies cholinergiques du cerveau. Le fumeur s’est alors senti agité et mal à l’aise, ce qui l’a amené à fumer une nouvelle cigarette. Une autre substance difficile à reconnaître dans la fumée de tabac qui inhibe la monoamine oxydase B (MOA B), une enzyme responsable de la dégradation de la dopamine dans le circuit de la récompense, contribue également à la dépendance chez les fumeurs.

Quel est le rôle du cerveau dans l'addiction ?

Sommes-nous tous égaux face à la dépendance ?

La dépendance est un trouble neurologique et nous ne sommes pas tous créés égaux.

En effet, certains d’entre nous sont plus sensibles à la consommation de substances psychoactives ou à certains comportements dus à leurs gènes, mais aussi à l’environnement dans lequel ils ont évolué. Par conséquent, le cerveau dépendant a au moins deux faiblesses :

Système de récompense étendu : La dopamine est un neurotransmetteur impliqué dans le système de récompense. Lorsque le cerveau reçoit une récompense à laquelle il ne s’attend pas pour un comportement particulier, il “brûle” les conséquences positives de ce comportement et encourage son renouvellement. En effet, une personne « accro » ne pourra pas résister à la consommation de la substance qui lui procure du plaisir lorsqu’elle y est exposée. Cela s’applique également aux soi-disant dépendances comportementales sans substances.

Plasticité synaptique insuffisante : Chez certaines personnes, la capacité des synapses à réduire leur activité sous l’influence de certains stimuli peut changer, ce qui ne permettra plus le développement de nouvelles empreintes mnésiques (amnésie dans le cas de la mémoire, ou Moyens favorisant la rétention de mémoire.) et expliquera le passage d’un comportement sous le contrôle de décisions conscientes à un comportement automatisé et compulsif.

Comment éviter le piège de l’addiction ?

Même des années après l’arrêt de la consommation, les personnes « dépendantes » présentent un risque élevé de rechute s’il existe un traitement efficace. Le cerveau se souvient du sentiment positif de la récompense qu’il a reçue, ce qui favorise la récidive. Par conséquent, la prévention joue un rôle clé dans la sensibilisation du public afin d’éviter l’exposition aux comportements les plus dangereux.

Olivier

Olivier

Ancien cuisinier gastronomique, la cigarette a complètement détruit mes papilles. À près avoir découvert la Vape en 2012, j'ai redécouvert les saveurs grâce à la diversité des arômes. J'ai décidé aujourd'hui de partager avec vous mes connaissances à travers Vapote Market.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Logo Vapote Market boutique Vape

avez-vous plus de 18 ans ?

En entrant sur ce site, je reconnais être majeur(e) et que je suis autorisé(e) par la législation de mon pays à acheter des produits contenant de la nicotine.

En entrant sur ce site vous acceptez nos conditions générales de ventes. la nicotine contenue dans ce produit crée une forte dépendance. son utilisation par les non-fumeurs n’est pas recommandée