livraison gratuite Livraison offerte

service client 06 81 25 88 29

livraison gratuite Livraison offerte

La Vape et la diversification

Si leur but premier reste le déferlement de la révolution Vape, le catalogue des boutiques commencent à proposer plus de variétés de produits. Entre détermination et nécessité, cette tendance semble s’accélérer… Enfin ! Voici La Vape et la diversification.

Les débuts

En 2010, arrives en France des boutiques d’un nouveau genre. Aujourd’hui, 11 ans plus tard, on peut affirmer qu’elles ont été ouvertes par des précurseurs visionnaires aux manettes.

Très vite, en 2013, la cigarette électronique a envahi le paysage de nos villes, voyant s’implanter des petits magasins dans toute la France. Les nouveaux entrepreneurs du marché se sont mis à créer plusieurs boutiques… Ce qui les a emmenées tranquillement jusqu’en 2015.

Il aura fallu quelques années pour que la Vape soit fortement implantée partout. Bien entendu, les plus crédules qui ont pensé qu’en vendant un Kit bas de gamme et une marque de e-liquides composé de 20 saveurs ont fini par fermer. En face, des boutiques qui ont réalisé que la spécialisation concrète dans ce métier était la seule façon de se pérenniser dans le temps : conseils, connaissances sur l’évolution du secteur, une offre variée de matériels pour tout type de vapoteurs et abondance d’e-liquides.

Face aux boutiques de Vape, bien sûr, les buralistes se sont intéressés aussi à la cigarette électronique, en l’intégrant simplement à leurs étales. Les bureaux de tabac sont bien plus généralistes par la diversité de produits et services à leur charge : tabac, jeux, briquets, sucettes… Une concurrence, qui pousse les acteurs de la Vape à s’interroger sur sa manière pour se diversifier.

Ce moment où tous les Vapeshops ont fait la promotion des handspinners…

La première expérience fut assez drôle, ce moment où tous les Vapeshops ont fait la promotion des handspinners… La tentative n’a pas duré très longtemps, le feu, c’est vite éteint. Mais le concept de se diversifier est devenu une évidence pour les chefs d’entreprise. 

Pour quelle raison ? Face à une profession matraquée de toutes parts par les réglementations abusives et par les industries immenses du tabac et de Big-pharma qui rêvent de toute évidence d’un monde sans Vape indépendante. Les petits entrepreneurs qui ont tout investi sur leur affaire ont peur. Chacun se demande de quoi sera fait demain : est-ce que les vapoteurs seront taxés, est-ce que nos boutiques auront toujours le droit de vendre… ?

Si quelques-uns ont développé un concept de « bar à Vape » où, comme chez beaucoup de bar-tabac, on sert un coup à boire et un sandwich… Aucun produit connexe n’était probant avant ces derniers mois.

Les fabricants de e-liquide

D’autres acteurs de la Vape ont en tête, l’idée de se diversifier : les fabricants d’e-liquides. Ces incroyables nouvelles entreprises dont on peut être fiers et qui ont permis aux boutiques, de se ranger derrière le seul cheval de bataille qui leur semblait crédible : « E-liquides fabriqué en France ». Elles aussi sentent que si la réglementation leur fait défaut, leurs entreprises lourdes d’investissement non amorti risquent gros, voir plus gros que les gérants de boutiques. Ainsi, quelques-uns avaient évolué déjà depuis 2015 vers les produits à base de CBD, absolument en phase avec la Vape étant donné qu’ils sont arrivés sous forme d’e-liquides dans les premiers temps. Levest (Roykin, Petit Nuage, Refill Station) a lancé Greeneo à cette période et s’est imposé comme le leader du marché en France. Gaiatrend (Alfaliquid, Vaponaute…) a de son côté écouté la passion de nombre de ses salariés, la pêche, et développé une gamme d’appâts pour la pêche à la carpe, avec sa branche Cap River.

La Vape et la diversification production de gel hydroalcoolique

La crise du COVID a précipité la diversification des fabricants qui ont su être réactifs.

La crise du COVID a précipité la diversification des fabricants qui ont su être réactifs pour la fabrication du gel hydroalcoolique tant recherché pour la désinfection des mains. Pour certains, cela n’aura pas duré très longtemps. Pour d’autres, c’est devenu un vrai supplément d’activité à leurs affaires comme LIPS (French Liquides, Koddopod, Salt e-vapor) qui développe à huit clos toute une gamme de produits novateurs dans le domaine de l’hygiène. Et aussi, début 2021, LIPS nous a médusé en créant une Pâte à tartiner. Fort de son succès de 2020 avec la marque Moonshiners et le juive top seller Old Nue, la société a de nouveau annoncé qu’elle allait mettre sur le marché une deuxième référence de pâte à tartiner : La Chose.

Levest, encore lui, a lui aussi lancé le laboratoire Mathé, inondant toute la France avec ses solutions hydroalcooliques et différents types de masques de protection.

La branche commerciale de la Vape étant aujourd’hui bien préparée, tout le monde pense à investir dans une diversification plus soutenue, et 2020 a vu émerger un produit qui aura fait réagir toute la profession : les fleurs de CBD.

La Vape et la diversification fleurs de cbd

La Vape et la diversification avec le CBD

Les Vapeshops ont vu l’arrivé de ce produit dès le début. Des magasins spécialisées affichant le « bien-être », et construisant tout un univers autour du chanvre, proposant une variété de produits sous diverse variante : fleurs, résines, infusions, huiles, baumes, cookies… Attention, le chanvre dont nous parlons n’est pas celui qui fait rire. Il faut savoir que le chanvre ou cannabis contient plusieurs molécules, dont une seule est responsable des effets euphorisant que ressentent ceux qui la consomment : le THC. Nous parlons bien ici du CBD, une substance dite relaxante par ses utilisateurs. Si l’intérêt sur ces magasins était évident toute l’année 2020, il restait une ombre au tableau : la fleur de CBD (légale) est impossible à distinguer de sa version THC (considérée comme une drogue en France). Un véritable casse-tête pour les autorités qui du coup sont obligées de contrôler toutes les entreprises qui l’importent en France. La branche Vape a préféré prendre du recul sur ces produits, même s’ils s’accordent bien au marché, au vu des nombreux problèmes qu’ont rencontré ces magasins ces derniers mois.

Effectivement, tous les vendeurs de cigarette électronique vous le diront : « On en a beaucoup, des clients qui fument des pétards ». Beaucoup se confient à la boutique sur leur addiction, mais l’illégalité du produit rend difficiles le conseil et la gestion de leur problème par les utilisateurs de cannabis. C’est pour cela que les professionnels de la Vape voyant ce produit alternatif, se sont dit que cela pourrait devenir pour certains un très bon substitut à la consommation de cannabis acheté à la sauvette… Forcement cela a retenu pas mal d’attentions. Le 19 novembre 2020, tout a changé. La Commission européenne casse une décision de justice rendue à l’encontre de la société Kanavape, qui s’était vu punir sévèrement et bloquer sa marchandise. L’Europe à rappeler à la France que : « La vente de CBD ne pouvait être punie et n’était donc pas illégale ».

Déjà avant cela, des buralistes s’étaient structurés pour lancer la vente des produits de CBD, mais depuis ce jour, il y a des milliers de points de vente qui se sont installés dans les bureaux de tabac. Bien exposés à la vue de tous, immanquables, ces pochettes et petits pots de verre aux tarifs assez élevés allant de 25 à 80 € parfois, se vendent comme des petits pains. Et évidemment, la branche Vape s’est intéressée discrètement à l’évolution du marché de cette année 2021. Depuis, les avis divergent entre les professionnels du secteur. Deux avis se partagent dans la profession : « Oui, c’est un avenir de diversification pour la Vape et le CBD permet de réduire les risques des fumeurs de cannabis comme la Vape le permet au fumeur de tabac », mais le non est encore publiquement le seul mot d’ordre radical : « Pas de combustion dans une vape shop ».

La Vape et la diversification cbd

Garder ces convictions

Bon, à ce jour, beaucoup ne vendent pas de CBD dans le but de le fumer, mais pour faire des infusions… 

Ça passe ? Plus sérieusement, les discours en ces temps de zone grise ne peuvent pas être clairs et francs, on ne peut pas parler de produits à fumer avec une législation encore en attente d’éclaircissement sur le secteur, ce qui devrait prendre des années. Mais le jour où l’on pourra en parler, il est probable qu’il vaudra mieux de recommander plutôt la vaporisation d’herbes que leur combustion.

Et là, la vape française doit regarder comment a évolué l’univers des boutiques d’e-cigarettes dans les pays ou la législation du cannabis est effective. Tous les vapeshops au Canada ou aux États-Unis ont une offre de vaporisateurs d’herbe sèches. Tous ont une sélection plus ou moins grande, mais existante, et cohabitent avec les officines qui elles ont le droit de vendre les produits du cannabis. La réduction des risques entre vaporisation et combustion est complètement comparable. 

Il est fort probable que les diversifications de la vape continuent en 2021. On se réjouit de voir de nouveaux publics dans les Vapeshops, et de voir les fabricants intervenir dans d’autres secteurs, d’exploser leur premier amour : celui de faire arrêter les fumeurs de fumer.

Olivier

Olivier

Ancien cuisinier gastronomique, la cigarette a complètement détruit mes papilles. À près avoir découvert la Vape en 2012, j'ai redécouvert les saveurs grâce à la diversité des arômes. J'ai décidé aujourd'hui de partager avec vous mes connaissances à travers Vapote Market.
Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Logo Vapote Market boutique Vape

avez-vous plus de 18 ans ?

En entrant sur ce site, je reconnais être majeur(e) et que je suis autorisé(e) par la législation de mon pays à acheter des produits contenant de la nicotine.

En entrant sur ce site vous acceptez nos conditions générales de ventes. la nicotine contenue dans ce produit crée une forte dépendance. son utilisation par les non-fumeurs n’est pas recommandée